À PROPOS

Après des études de journalisme à l'Université Libre de Bruxelles, en Belgique, je me suis rapidement spécialisé dans le secteur de l'aide au développement. En tant que journaliste de presse écrite, j'ai travaillé une dizaine d'années pour diverses ONG et institutions internationales. J'ai ainsi réalisé de nombreux reportages dans des pays du Sud, notamment pour le magazine Le Courrier ACP-UE (Rwanda, Tchad, Haiti, Mali, ...).

 

En 2002, je suis parti vivre 4 ans au Bénin, en Afrique. Comme journaliste mais aussi de plus en plus comme photographe, j'ai principalement travaillé sur la lutte contre le trafic d'enfants, notamment avec l'Unicef et des ONG locales.

 

Si la photographie a toujours été une passion pour moi, la partie documentaire des images a rapidement été ma préférence. Ce fut notamment lors de différents reportages dans les pays du Sud que la photographie est devenue aussi importante que le texte. Ainsi, lors de mon séjour en Indonésie, de 2006 à 2010, mon travail a presque exclusivement été photographique, comme en témoigne mon livre, One day in Jakarta, où les images ont pour de bon remplacé le texte. C'est également en Indonésie, lors de missions pour Médecins du Monde en Papouasie, que j'ai réalisé un premier documentaire filmé.

 

Depuis mon retour en Belgique, en  2010, j'ai de suite travaillé dans le secteur de la danse contemporaine en partenariat avec Charleroi/Danses. Ce reportage a fait l'objet d'une exposition durant sa Biennale, en novembre 2011.  Je travaille désormais régulierement avec de nombreux chorégraphes et danseurs, contemporains mais aussi issus de la danse urbaine.

 

Je mène par ailleurs un vaste travail sur le portrait, notamment avec des danseurs. Et réalise de nombreux reportages photos lors d'évenements culturels. 

 

Parce que je reste aussi un journaliste, mes images tentent de raconter une histoire. Le plus souvent sur les sociétés et des gens.

© 2018 Thibault Gregoire

  • Black Instagram Icon